Cercle d'Ulysse

 

Le Cercle d'Ulysse était, dans les années quatre-vingt-dix, un lieu de création rassemblant des enseignants du Cégep Beauce-Appalaches et des élèves férus de littérature et de création littéraire. Le poème Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage de Joachim du Bellay, poète français de la Renaissance, était, en quelque sorte, l'hymne qui unissait ses membres. Parmi eux, les personnes suivantes : Robert Arcand, Paul-André Bernard, Yves Bizier, Chantal Bourque, Caroline Desjardins et Marie-Esther Poulin. Tous enseignent. Or, ce texte, aux accents humanistes et universels, parle de l'importance de revenir aux sources après un long voyage. Ce sonnet est, pour ainsi dire, à l'origine du Centre d'étude de la littérature beauceronne, comme quoi une ville ou un village natal, par exemple le «petit Liré» du poème, tient souvent, chez bien des gens, la première place, en dépit des lointains et magnifiques «palais romains [au] front audacieux». Le voici :

 

Heureux qui, comme Ulysse...

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme celui-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !

 

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

 

Plus me plaît le séjour qu'on bâti mes aïeux,

Que des palais romains le front audacieux,

Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

 

Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin,

Plus mon petit Liré que le mont Palatin,

Et plus que l'air marin la douceur angevine.

 

Les Regrets, 1558

 

sss