Les maisons d'édition

 

La Beauce compte quelques maisons d’édition. Le journal L’Éclaireur, fondé en 1908 à Beauceville par Joseph-Télesphore Fortin et son fils, Joseph-Édouard, semble avoir été, sinon la première, l’une des toutes premières d’entre elles. En effet, autrefois, un journal assurait sa propre impression. Il lui était donc aussi possible de publier des œuvres littéraires. Ainsi, L’Action catholique de Québec a donné lieu aux Éditions Fides. À Beauceville, L’Éclaireur a, par exemple, produit quelques textes d'Eugène Achard, un auteur québécois prolifique, surtout connu dans les années quarante et cinquante pour ses contes et légendes. Ce journal-éditeur a aussi rendu possible la publication de romans de Laetitia Filion (Amour moderne, 1939, L'Espion de l'Ile-aux-Coudres, 1941), Marie Retté (Les Fils de Mammon, 1939) et Paul de Lys (L'Aigle blond, 1941).* Aujourd’hui, les maisons d’édition sont généralement des entités autonomes.

Voici, en construction, le répertoire des journaux et des maisons qui contribuent ou ont contribué à l’édition en Beauce. Pour les maisons d’édition, quand il existe, le lien Internet est donné sur le site.  

- Édition La Griffe du lion, maison d'édition de Saint-Georges

- Fondation Gabriel-Lavoie, éditeur occasionnel de Beauceville

- L'Éclaireur, ancien journal éditeur autrefois de Beauceville

- Les Éditions du Lilas, maison d'édition de Vallée-Jonction

- Les Éditions du Mécène, maison d'édition de Saint-Prosper

- Les Éditions du Trèfle à quatre feuilles, maison d'édition de Sainte-Marie

*Sources:

- La Chronologie du roman canadien-français de Jean-Louis Lessard.

- Histoire de l'édition littéraire au Québec au XXe siècle, volume 2 : Le Temps des éditeurs (1941-1959), sous la direction de Jacques Michon.

- Site Internet du Comité patrimonial et culturel de Beauceville.