Fiche d'un auteur

 

Nom : Lessard
Prénom : Alain (cadet)
Lieu de naissance : Saint-Georges


Notice: Undefined variable: bool in C:\Intranet\celb\voir_auteur.php on line 92
Résumé biographique

Originaire de Saint-Georges, Alain Lessard est né le 6 juin 1983. Il a fait ses études au Cégep Beauce-Appalaches en Sciences humaines (profil Comportement humain) et les a poursuivies à l'Université Laval où il a obtenu un baccalauréat en psychologie.

Après avoir été intervenant en relation d'aide, en toxicomanie et conseiller en rééducation, il s'adonne maintenant à l'écriture et agit aussi à titre d'agent d'artiste et, même, de conférencier.

Alain Lessard compte quelques livres à son actif, dont À tous ceux qui ont si bien su me laisser mourir (2007), Tais-toi petite poupée (2008) et J'ai aimé (2010). Il a aussi touché au théâtre en écrivant Et si j'avais su..., texte qu'il a mis en scène à l'automne 2009 avec Jacques Bernard, fondateur des Éditions du Mécène. Il compose aussi des chansons. Il en a écrit huit pour l'album Se taire un peu plus fort de l'auteure-compositrice-interprète Johanne Aubé.

 

Commentaire sur Tais-toi petite poupée : Une vie broyée

Texte non vérifié

La littérature a un pouvoir de catharsis, c'est-à-dire de canaliser des énergies négatives, des pensées mauvaises, tout ce qui est trivial, laid et horrible, afin de procéder à un examen de conscience, de se libérer d'un joug psychologique insupportable, de s'émanciper du pouvoir tyrannique des choses vivantes et de la mort.

Les livres figurant dans cette catégorie (si on peut vraiment parler de catégorie) sont noirs, foncièrement pessimistes, toujours révoltés et singuiliers, jamais très linéaires et limpides. Leur (sur)abondance de significations les rend opaques, touffus, riches et complexes.

Tais-toi petite poupée, le deuxième roman d'Alain Lessard publié aux Éditions du Mécène, s'inscrit parfaitement dans cette optique. Le roman raconte l'histoire de Sarah, une jeune fille pour qui les épreuves sont choses courantes :  elle vit successivement le divorce de ses parents, le suicide de son père ainsi que les tourments que lui inflige son beau-père, le nouvel homme qui s'est littéralement immiscé dans la vie de sa mère. Cet homme, Raymond, vole l'enfance et même l'identité de Sarah, en lui prenant son corps contre son gré.

La narration, divisée en plusieurs volets, rend bien compte de l'aliénation de Sarah, qui en est réduite à se confier à son ourson en peluche, dénommé Sassou, et à son journal intime, ou encore à son père décédé, afin de faire part de son désarroi. Cette pluralité de voix narratives rend compte des univers respectifs de chacun des personnages tout en montrant comment, en fait, ils sont étrangers les uns pour les autres : ils ne se connaissent pas réellement et ne sont pas au fait de la situation que vit Sarah (ou plutôt ils contribuent à ne rien ébruiter).  À la lecture du roman, on peut déceler,  par les pensées de la mère, comment cette dernière ignore totalement le drame que vit sa fille et de quelles façons Raymond réussit à envahir et à piétiner l'univers de Sarah.

          Dans un sens, Tais-toi petite poupée est révoltant, d'une part par la cruauté sans bornes dont fait preuve Raymond, d'autre part par l'attitude je-m'en-foutiste et bornée des proches de Sarah, qui préfèrent ne pas la croire lorsqu'elle affirme, haut et fort, qu'elle est victime d'abus de la part de Raymond.  Tantôt avec des mots d'enfant traumatisé, tantôt avec des mots durs et incisifs, écrits dans son journal, d'adolescente rebelle, Sarah construit un univers qui est le sien pour échapper à sa vie, un calvaire.  Le dessin et les arts visuels représentent une soupape de sûreté pour elle, mais arrivera-t-elle à canaliser sa tristesse, ses déceptions, ses chagrins (notamment la perte de son enfant et de son ami de coeur Gabriel), sa rancoeur et sa colère via ce médium?

          En fait, Tais-toi petite poupée est un réquisitoire qui invite les personnes victimes d'abus de tous genres à dénoncer leur agressuer, à oser nommer les mots/maux, à verbaliser ce qu'ils vivent afin de ne pas vivre dans le mutisme, la honte, la peur et la solitude, seul avec son secret.   Comme le fait ( si bien) Sarah.



Notice: Undefined variable: bool in C:\Intranet\celb\voir_auteur.php on line 104
Oeuvre(s)